Voici la dernière tribune libre de notre groupe, telle que publiée dans le bulletin municipal de décembre 2009.

Avec la crise financière mondiale, le quotidien d’un nombre croissant de familles se dégrade. Communes, départements et régions sont donc confrontés à un besoin grandissant de service public pour maintenir les droits fondamentaux de la population.
C’est pourtant ce même moment que le gouvernement a choisi pour s’attaquer aux collectivités locales : en supprimant la taxe professionnelle pour la remplacer par des compensations moindres et aléatoires, l’UMP programme sournoisement l’asphyxie financière des collectivités puisque les 28 milliards de cette taxe en constituent près de la moitié des ressources.
En concédant ce nouveau cadeau fiscal aux entreprises, l’Etat veut obliger les communes à augmenter les impôts locaux et à privatiser leurs missions. La logique est simple : faire baisser la dépense publique pour réduire l’intervention publique, ouvrir de nouveaux marchés aux trusts pour servir toujours plus de profits à leurs insatiables actionnaires.
Opposés à cette hystérie libérale, nous refusons de voir réduire les marges de manœuvre de celles et ceux que les Saranais ont élus. Face aux visées à court terme, les élus de notre groupe se prononcent plus que jamais pour une gestion au service de l’être humain et de son environnement.

Pour le groupe majoritaire,

Alexis BOCHE, conseiller municipal délégué aux Finances