Dans un contexte social, géographique et économique qui rend les frontières entre monde rural et urbain de plus en plus floues, les espaces agricoles et naturels situés en zones périurbaines font aujourd’hui l’objet de pressions foncières particulièrement fortes : conflits d’usages, hausse du prix des terres, rareté des biens agricoles, mitage des espaces naturels, etc.

La croissance urbaine de l’Agglomération orléanaise vers la périphérie nord de son territoire pose aujourd’hui des problèmes de consommation de l’espace. La diminution et le morcellement des espaces naturels et agricoles menacent la pérennité des exploitations agricoles et réduisent l’effet des coupures vertes d’urbanisation. Saran, commune du Nord de la Communauté d’Agglomération d’Orléans, se trouve confrontée à cette problématique. En effet, cette croissance urbaine sur le territoire communal s’explique par la présence de zones d’activités, notamment le Pôle 45, site économique majeur de l’aire urbaine.

Dans une logique de lutte contre l’étalement urbain et soucieux d’un développement équilibré de leur territoire, les élus de Saran ont pris position pour le maintien d’espaces à vocation agricole et naturelle. Suite à la réalisation du nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU), la commune de Saran a souhaité lancer une procédure de classement d’un périmètre en Zone Agricole Protégée (ZAP).

Ce dispositif juridique répond à l’objectif de maintien et de valorisation des espaces agricoles : indépendant de l’évolution des documents d’urbanisme, il permet une affirmation durable de la vocation agricole des parcelles classées.

Ainsi débute le rapport de l'enquête publique sur la ZAP de la Fassière que vous pouvez consulter en intégralité sur le site web de la ville. L'enquête publique sera close le 18 avril 2018.