L'eau est indipensable à la vie. Elle est pourtant la proie de l'appétit très intéressé de grands groupes multinationaux. C'est particulièrement le cas en France où 80% de la population est soumis à une gestion qui privatise les profits et collectivise les pertes sous l'emprise de Véolia, Suez et la Saur. Mais, à l'instar de grandes villes (Paris, Grenoble...) ou de villes de l'agglomération orléanaise comme Saint Jean de Braye en octobre dernier, il est possible d'envisager un retour à la régie publique et un controle citoyen de ce bien commun.

Le jeune Collectif Eau Secours Orléanais oeuvre localement pour la gestion citoyenne de la production comme de la distribution de l'eau ainsi qu'en faveur de la préservation de sa qualité. Le collectif est constitué de citoyens, d'associations locales, de partis politiques et d'une municipalité qui est toujours restée en régie publique de l'eau : Saran.

Cette dynamique de retour en régies se heurte évidemment à nombre d'intérêts. Ainsi, la majorité UMP du conseil municipal d'Orléans vient de renouveler presque sans discussion le contrat avec Suez - Lyonnaise des Eaux et le maire socialiste de Saint Jean de la Ruelle n'a pas pas hésité à externaliser la production d'eau de sa commune au profit de cette même Lyonnaise... et au détriment de la Loire. Ces deux équipes municipales communiquent pourtant largement à coup d'Agenda 21 sur leur souci affiché du développement durable...

Histoire de vous mettre l'eau (publique et moins chère) à la bouche, consultez la bande-annonce du film en cliquant ici.