Comme 1 500 collectivités en Europe, le conseil municipal de Saran a adopté en 2014 un voeu en faveur de l’arrêt des négociations relatives au Grand Marché Transatlantique (GMT ou TAFTA) et pour l'ouverture d'un débat national sur ce gigantesque projet d'accord de libre-échange entre les USA et l'Union Européenne (UE).

Après la mise en sommeil du TAFTA, les lobbys libre-échangistes ont décidé d'imposer un nouveau traité, cette fois entre l'UE et le Canada, pour en faire le cheval de Troie des trusts américains, via leurs filiales implantées au Canada.