Les gouvernements successifs accordent aux financiers notamment aux banques et au grand patronat des allègements et des aides de tous poils. Ces décisions se prennent au détriment des budgets destinés à satisfaire les besoins des citoyens, par le non-développement, voire la casse des services publics indispensables tels que la santé, les transports, l’eau ou les énergies… Et par l’étranglement financier des collectivités locales, Communes, Départements, Régions qui, face à des compétences sans cesse augmentées, voient parallèlement leurs dotations d’États et autres subventions fondre comme neige au soleil.

Notre gouvernement fraîchement élu signe et persiste dans cette orientation qui consiste à se mettre au service des nantis. La signature du Pacte de Stabilité Européen ainsi que ses dernières décisions suite au rapport Gallois en attestent. Ces scénarios tant de fois renouvelés par les dirigeants européens, nous les connaissons bien. Nous constatons tous ce qu’ils donnent aujourd’hui en Grèce, en Espagne ou en Italie notamment.

Il y a urgence à faire d’autres choix que ceux de l’austérité à marche forcée. Il faut que les collectivités retrouvent leur efficacité économique et sociale, leur libre administration pour développer les services publics dont le pays, ses habitants, ses entreprises ont tant besoin.

Plutôt qu’en terme de compétitivité, mieux vaudrait poser la question : quelle performance globale ou quelle efficacité économique et sociale pour répondre aux besoins qui s’expriment dans nos sociétés, en France, en Europe ou dans le monde ?

Violaine Naquin-Grivot
Adjointe au Maire de Saran et présidente du groupe Continuons avec vous pour Saran

  • Vous pouvez lire l'intégralité du Repères de décembre 2012 en cliquant ici.