L'analyse de Violaine Naquin-Grivot, présidente du groupe des élu(e)s de la liste "Continuons avec vous pour Saran" et maire-adjointe en charge du personnel.


Le système de gestion « capitaliste » a du plomb dans l'aile. Chaque jour qui passe confirme la crise financière mondiale. Conséquence : les Etats s'engouffrent dans les marchés financiers pour les renflouer. Le gouvernement Sarkozy vient de secourir le système banquier français en y injectant plus de 10,5 Milliards d'euros.

Dans le système capitaliste mondialisé, les financiers ont peu à peu pris la main dans la gestion des entreprises, et les actifs financiers ont pris le pas sur les investissements en machines et en capacité de production. Le cours de la bourse est devenu le point central de toute stratégie. Ainsi les actionnaires ont exigé une rentabilité à deux chiffres.

La contrepartie de cette contrainte à satisfaire se trouve dans la précarisation de l'emploi, la dégradation des salaires et des conditions de travail... que trop de nos concitoyens connaissent bien. Les frais de cette politique du « tout fric » sont aussi payés par les habitants de nos communes la plupart du temps par les mêmes gens ! En effet, la loi de finances 2009, dans la foulée de celle de 2008 consacre l'étranglement des collectivités, avec notamment le gel des dotations de l'Etat et entre autre l'arrêt de mort de la Taxe professionnelle !

Il faut gérer notre pays autrement, revaloriser le travail et sa place dans la vie économique, augmenter les salaires, développer l'emploi et la formation des hommes, définir une véritable stratégie industrielle seul moyen de production de richesses distribuables à l'ensemble des citoyens. Relancer ainsi l'économie et par voie de conséquence revaloriser les moyens donnés aux collectivités locales, aux services publics.Gérer l'argent au service des hommes et non l'inverse...

Violaine NAQUIN-GRIVOT