L'école est devenue le reflet de la société française, inégalitaire et inquiète. Le dernier quinquennat a amplifié les problèmes en réduisant les moyens de manière drastique, notamment pour l’école élémentaire pourtant socle de notre système scolaire.

Le nouveau ministre de l’Éducation nationale souhaite réformer rapidement les rythmes scolaires, comme première mesure de son mandat. C’est évident, les spécialistes s’entendent tous pour dire que la journée scolaire est trop longue et fatigante à tous les niveaux. Ils constatent aussi que l’année scolaire est déséquilibrée, que le temps de vie hors du temps scolaire est trop laissée aux solutions individuelles. Les devoirs viennent également alourdir une journée déjà trop longue, etc...

Les collectivités, et notamment notre ville Saran, sont déjà aujourd’hui fortement impliquées auprès des enfants dans les temps scolaires, elles le sont encore plus hors du temps scolaire ! Le raccourcissement de la journée scolaire aura donc indéniablement des conséquences financières sur ces mêmes collectivités territoriales, elles sont néanmoins toujours dans l’attente de règles de péréquation financière et fiscale négociées à hauteur de besoins accrus décidés par l’État. Lequel doit être garant de l’égalité de tous devant la loi !

En effet, l’inégalité de moyens existant entre les territoires ne peut qu’aggraver les inégalités entre les citoyens et d’abord entre les enfants en matière d’éducation et d’école ! Toutes ces modifications ne doivent pas s’opérer sans une très large concertation citoyenne !

Même si elle est souhaitable dans l’intérêt des enfants, cette modification des rythmes aura des conséquences immédiates dans la réalisation de projets éducatifs, artistiques, sportifs, citoyens avec la participation du monde associatif de l’éducation populaire. Elle nécessite également la participation renforcée des parents d’élèves et celle des enfants et des jeunes eux-mêmes, ainsi que la reconnaissance des personnels des collectivités comme agents éducatifs.

Pour notre part, nous avons déjà pris la décision de reporter cette modification de la semaine scolaire à la rentrée 2014.

  • Cet article est issu du dernier bulletin des élus du groupe majoritaire "Continuons avec vous pour Saran", distribué fin janvier dans toutes les boites aux lettres saranaises. Prenez connaissance de l'intégralité de ce bulletin ci-dessous.